AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





Partagez | 
 

 Rahel Ambroziewicz ▬ Renewal { Terminée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rahel Ambroziewicz

avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 09/02/2012

MessageSujet: Rahel Ambroziewicz ▬ Renewal { Terminée   Jeu 9 Fév - 19:51






RAHEL AMBROZIEWICZ

☂ NOM&PRÉNOMS:Rahel Ambroziewicz
☂ GROUPE: Absolutely Perfect
☂ ÂGE: Apparence physique de 18 ans & 21 ans en réalité
☂ ORIENTATION: Hétérosexuelle







PORTRAITS DISSOLUS, RÉVOLUS

☂ PHYSIQUE:
Une goute dans l’eau, poison qui se distille. Elle n’est qu’une ombre, fantôme d’une époque qui se meurt, d’une humanité qui a trop cherché une chaleur qu’on lui a refusée. Et le manque, la glace, blafarde, se dévoilent sur son corps pâle. Le blanc de sa peau est lumineux, une flaque de larmes qui a perdu de son sel. Sur les os d’ivoires, les muscles félins roulent sans réel but. Par habitude. Elle éveille son corps fin, gracile, aux jours répétitifs et mornes d’une veillée funèbre, en portant sur ses épaules lourdes de tracas la grâce d’une sirène échouée dans des rivages inconnus. Corps-cartes, corps fin et délié, qui épouse avec ses mouvements lents une sensualité à fleur de peau.

Les courbes douces de sa physionomie, féminité parfaitement éclose, se poursuivent en un tracé harmonieux et délicat, brisé seulement par la froideur et la raideur d’une silhouette qu’elle a apprise à dompter. Parce que le contrôle, seul le contrôle importe, s’illusionne et se démarque sur ses gestes à la séductrice nonchalance.

L’or liquide de ses yeux met en garde, assassine, parce qu’il n’y a rien qu’elle puisse donner, rien qui éveille son visage fin à des émotions qu’elle ne voudrait pas ressentir. Elle vit dans le déni, mauvaise foi présente mais ce n’est pas bien important. Elle balaie le tout d’un sourire charmant, de ceux qui rehaussent l’harmonie de son visage, de ceux qui la font ressembler à une poupée, brisée, pliée, sous un vent qu’elle ne contrôle pas. Même sous le ploiement incessant de son cœur qui se serre, parfois, sa silhouette, grande et élancée, survit,

Elle a la beauté froide, trop impersonnelle, de ceux qui n’ont pas su être heureux, qui n’ont pas ensoleillé leur visage des rayons d’une joie saine. Elle, n’a pu profiter que des faibles rayons de la lune sur son épiderme lisse. Une contrepartie. La beauté contre le charme, l’attrait contre la joie. C’est un juste milieu.

☂ MORALE:
Elle voulait trois fois rien, au fond. Elle a juste obtenu un rien, sublimé. La petite fille rêveuse a vite déchanté, face à la réalité. Elle n’a jamais pu définir ce qu’elle souhaitait, après ça. Elle s’est fait un devoir de voir ce qu’elle ne voulait pas, quitte à s’en briser en mille morceaux.

Sa méfiance la bloque, la restreint, dans cette froideur qu’elle est obligée d’afficher. Toute sa vie a été emportée par un hiver glacial, il ne reste plus rien qu’elle puisse montrer, qu’elle puisse donner, qu’elle puisse accepter sans que sa confiance, durement acquise, n’approuve pas. Elle ne compte que sur elle-même, s’amuse de se blesser seule parce qu’au fond, il n’y a personne qui puisse le faire à sa place, maintenant.

Elle a fermé trop de portes, elle a tourné trop de fois le dos à ce qui aurait pu le sauver. Elle a pris l’habitude de passer à côté du bonheur, indéfiniment. Triste fatalité qui la laisse aujourd’hui de marbre, parce qu’elle est peut-être un peu différente. Oui, un peu. Elle a toujours aimé l’inconnu. Le début de ses voyages a été une excuse pour servir tous ses beaux mensonges, pour s’inventer à chaque fois une vie qu’elle n’avait pas. Comme tout le reste, la vague de l’habitude a vite emporté les jeux de son enfance mais elle se redécouvre des envies de recréer. C’est un petit jeu, bien inoffensif, le seul qu’elle accepte. Le seul qu’on peut voir, extérieurement.

Parce que cette image, elle est emprisonnée. Rahel, qui ne sourit pas vraiment, qui affiche une séduction factice, une perfection qui n'est qu'apparence. Rahel, qui n’est qu’un leurre. Sa jalousie, sa possessivité, sa crainte d’être abandonnée, tout la pousse à blesser, à vouloir, à s’accrocher à ce qu’elle veut. Elle n’a de nonchalant et de tranquille que les airs parce que l’intérieur est craintes et désirs entremêlés, un chaos qu’elle ne veut pas s’expliquer, parce que cela fait appel aux sentiments, qu’elle les a bannis, comme la petite fille naïve qu’elle était. Et à force de vouloir éviter les erreurs de sa propre famille, elle en a fait les siennes, plus importantes encore. Elle s’enferme, ne se laisse aucune échappatoire et c’est ce qui la fait saigner, de l’intérieur.

Elle n’est pas assez forte pour vraiment se protéger, elle laisse trop de faille, trop de paroles s’échapper. Elle ne peut retenir ses propos cassants, sa franchise qui a un je-ne-sais quoi de gênant, parce qu’elle dit ce qu’elle pense de façon trop directe, surtout quand il ne le faut pas. Il n’y a pas à comprendre, seulement dire et les mots sont les seuls élans du cœur qu’elle a bien du mal à réfréner. Parce que même si parfois, on ne peut distinguer la réalité de ses beaux mensonges, il y a ses souhaits mis à nus que l’on entrevoit. Et même si ses mots maniés à la perfection tranchent, même si son humour froid et parfois mesquin prend plus de place que le reste, elle se laisse entrainer à ses rêveries éhontées, à la délicatesse qui sommeille derrière ses airs trop matures.

Petite fille qui n’a pas assez grandi, qui a trop vite pâli sans même se salir les mains.







LIGNES BRISÉES D'UNE DÉCADENCE

☂ SOUVENIRS ÉGARÉS D’UNE VIE ENTERRÉE
L’horloge, du salon. Elle ne la supporte plus, le tic-tac lui fait mal. C’est chaque nuit la même chose, une attente, insoutenable. Elle se glisse toujours hors du petit lit froid, pour observer la silhouette qui attend, dans la cuisine. Elle laisse toujours ses petits pieds toucher le sol glacial, frissonne sous la chemise de nuit pas assez épaisse. Elle observe toujours les boucles blondes cacher les larmes, l’attente.

Sous le tic-tac toujours plus fort, qui blesse, parce que ce sont des paroles qui s’écoulent au rythme des aiguilles. Elles avancent sous les mélodies des « il ne reviendra pas » sous les sonnets dévastateurs des « il fait toujours ça » et sous les mots crus des « il te trompe encore une fois ». Elles semblent s’embrouiller, parfois et Rahel s’attend presque à ce qu’un coucou en sorte, à ce qu’il crie, toute cette rage, cet amour fané, ces trahisons mais rien ne vient jamais. Il y a seulement le silence, entrecoupé par les bruits de sanglots, par l’heure qui tourne.
Elle observe depuis la porte, toujours, sans oser s’approcher. Et quand la nuit est plus avancée que jamais, quand elle manque de s’endormir, quand elle voit la tête blonde dodeliner sur la table, sa mère se laisser happer, elle aussi, par le sommeil, elle s’autorise à rejoindre à nouveau son lit, froid, froid, froid, comme toutes ces nuits à attendre.

Le matin, elle entend toujours la porte qui s’ouvre, discrètement et lui qui revient, qui reprend sa place, comme si de rien n’était. Un parfum féminin à chaque fois différent autour de lui, une marque de rouge-à-lèvres, parfois. L’attente prend fin, alors.

Et elle se lève la mort dans l’âme, l’amertume au fond de la gorge, pour se forcer à lui sourire et à l’appeler à nouveau « Père ».

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Ils sont unis, devant la tombe. Sa main pâle serre celle, dure, calleuse, d’un homme qu’elle hait. Elle a besoin de lui et ça lui donne envie de hurler. Elle a besoin de lui, parce qu’il ne lui reste rien d’autre. Elle a envie de demander pourquoi mais elle le sait, depuis toujours. Elle n’a jamais été dupe, ça a toujours sommeillé, dans la maison froide, dans les soirées, les nuits, qui étaient plus longues à chaque fois. Elle voyait parfois une bouteille rouler, une odeur écœurante, celle de l’enivrement, pour oublier mais elle n’y parvenait pas, non, jamais et c’était ce qui la blessait le plus.

Petite fille aux allumettes qui n’osait jamais franchir la porte, qui assistait, en spectatrice, à une déchéance dont il était la cause. Elle n’a jamais su s’avancer, serrer contre elle ce corps transi par le froid, par la haine, par un amour trop fort, qu’elle ne comprenait pas, alors. Elle la voyait seulement essayer d’oublier, rien qu’un peu et elle-même se réchauffait du sel de ses larmes, de la vision de sa souffrance. Elle s’est gelé l’âme, elle s’est refroidi le cœur, à rester chaque soir, à observer une mère déjà partie, trop loin, se raccrocher à des espoirs qui étaient toujours déchus. Jusqu’à ce qu’elle tombe, vraiment, qu’elle ne puisse plus arrêter sa faiblesse, qu’elle ne puisse pas arrêter sa folie à temps.

Elle a envie de se dégager de la main qui lui serre l’épaule, jusqu’à lui en faire du bien, du mal. Elle a envie de pleurer parce que cet homme, celui qui a jeté l’hiver dans leurs vies, il a des mains si chaleureuses, si réconfortantes. Et c’est injuste, parce qu’il lui a pris toute sa chaleur, il n’a rien laissé d’autre à cette mère qu’elle ne connaissait pas, qui s’est vidée de sa vie pour lui, qui n’a pas su trouver d’autres sources, qui n’a pas su s’accrocher à une autre étincelle lumineuse parce qu’il était là, araignée, monstre, qui revenait chaque soir après avoir disparu entre les jambes d’une catin de bas-étage.

Quand il pose sa veste sur ses épaules, parce qu’elle grelotte, parce que ses lèvres bleuissent, comme des cassis écrasés sur son visage trop pâle, elle se contente d’en resserrer les pans autour d’elle. Mais son regard est clair, incisif, accusateur. « C’est à cause de toi. » Et il le sait, l’accepte.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Elle est devenue la petite fille bonhomme-de-neige, un parchemin vierge sur lequel on peut écrire à souhait. Elle préfère tout gommer, s’inventer une vie, l’effacer et l’inventer à nouveau. Dans chaque ville. Ils voyagent, pour affaires. Il n’y a plus qu’eux deux, désormais et il veut essayer de prendre soin de cette petite fille qu’il n’a jamais connue. Il la regarde, endormie et il s’en sent soulagé, c’est mieux. Il n’aura pas à voir ses yeux. Accusateurs, fermés, trop semblable à cette femme qu’il a trop mal aimée.
Il préfère détourner les yeux, se concentrer sur le paysage glacé qui les entoure. Ils devraient peut-être partir, loin d’ici. Le Pologne ne leur a apporté que le froid, les malheurs et il la voit, trop blanche, trop fragile, qui manque de se briser à chaque pas, à chaque nouveau changement.

Elle n’est pas une enfant à problèmes. Elle est trop silencieuse, s’accommode de leur nouvelle vie sans problème, se crée toujours son cercle d’amis, sans peine. Mais les reproches qu’elle transporte, tout ce qu’elle ne dit pas, ça le frappe en plein cœur et ça le lacère. Elle a besoin de couleurs, elle a besoin de chaleur. Autrement, elle va s’en aller, elle aussi, elle va s’évaporer. Sa gorge se serre quand une pensée, flinguée en plein vol, enterrée beaucoup trop vite, lui souffle qu’il serait mieux seul. Petit fardeau dont il traine le cadavre dans les maisons impersonnelles, qui le voit lui-même se réchauffer, parfois, entre les bras d’une énième inconnue. Elle ne peut pas pleurer, il le sait. Si elle le fait, ses larmes deviendraient des glaçons et laisseraient des marques noires, violacées sur sa peau ou alors ce n’est pas ça et c’est une comédie et peut-être qu’elle n’est pas aussi heureuse, que ça ne se passe pas bien à l’école et qu’il se fait mener par le bout du nez.

Il ne sait pas. Il n’a pas envie de savoir. Cette gamine lui donne mal au cœur, lui broie l’estomac. Elle n’est personne, elle n’a de place nulle part, c’est pour ça qu’il la traine un peu partout. Elle est déjà un fantôme mais il doit la libérer.
La main sur sa joue, il sent les longs cils clairs papillonner et s’ouvrir sur ses yeux aux étonnantes lueurs ocre. Il a envie de lui dire tout ce qui doit être tu, des regrets non formulés, des petits riens qui pourraient enfin la faire sourire – parce que, Dieu, l’a-t-il seulement vue sourire, une seule fois ? –, des promesses sans réel sens. Mais il n’y arrive pas. Et le cœur plus léger, il lui murmure que tous les deux, ils vont partir, enfin.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Elle découvre Berlin, son premier amour, un soleil timide. C’est un été plein d’espoir, elle a envie de sourire, d’oublier un peu, parce qu’elle n’a jamais été qu’une petite fille inconsistante et maintenant, elle espère, un peu plus. Il a les lèvres un peu trop sèches, mais son corps contre le sien est chaud, brûlant et il lui fait oublier la froideur d’avant. C’est ce qui compte, c’est ce qu’elle se dit mais elle n’arrive pas à vraiment s’en convaincre. Ses gestes ont un je-ne-sais quoi de pressant, d’urgent et elle voit dans ses yeux une empreinte qui lui fait un peu peur. Un désir inassouvi, quelque chose qui brûle, pour elle et c’est à la fois réconfortant et troublant.

Elle ferme les yeux pour ne pas vraiment voir son visage parce c’est trop intime, trop secret et même s’ils sont liés, autrement, elle a envie de pleurer. Ils sont des étrangers et c’est son corps et ça lui fait un peu mal et elle le voit, lui, avec toutes les autres et son regard de glace et la souffrance et leur attente. Elle tremble, sans pouvoir s’en empêcher, même s’il veut la rassurer, même s’il ne comprend pas et son rire s’égrène, se dilue dans les ténèbres de cette chambre qui les abrite du monde extérieur.

Au petit matin, elle s’en va. Cette fois, c’est elle qui prend la décision de déménager, de partir. Elle ne veut plus rester à Berlin.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Elle regarde les lumières, l’eau mouvante en dessous d’elle. Elle a l’impression de ne plus se retrouver, d’avoir perdu le peu auquel elle se raccrochait. Ça fait 6 ans que sa mère les a laissés. Ça fait 4 ans qu’ils ont quitté la Pologne. Ça fait 2 ans que c’est elle qui initie toujours les départs. Dès qu’elle sent un début d’attachement, de sa part, comme du sien. Ils n’ont pas le droit. Lui, n’a pas le droit de la remplacer. Et elle, ne peut accorder cette confiance qu’elle garde jalousement. Comme un secret. Ça la suit, partout et elle peut tourner le dos, de peur qu’on lui tourne le dos en retour.

Elle n’a pas envie de regarder derrière. Ça lui fait peur. Venise lui fait peur. Cette femme lui fait peur. Elle le sait, il est trop tard, il est déjà empoisonné. Ses yeux brillent, il a retrouvé quelque chose de perdu et elle, elle le hait. Il l’a remplacée, tout est fini et elle ne sera plus rien. Elle a l’impression de commencer à s’étioler, déjà. La toile se fait moins épaisse, elle tombe du piège, doucement, doucement, les yeux fermés. Elle a l’impression de sentir l’eau glacée autour d’elle mais tout s’obscurcit.

Elle flotte, c’est tout, ce n’est rien, tout disparaît et ça lui suffit. Plus de mensonges, plus de froid, plus d’abandon. Elle craque dans une dernière allumette ses parcelles de lucidité. Et s’envole, se noie, dans les ténèbres.


☂ NÉANT QUE TOUT A ENGLOUTI, SOUS LE FARDEAU DE LA RENAISSANCE
Les étoiles, son regard levé haut vers le ciel. Et le froid, mordant. Ça le fait doucement sourire. Il y a toujours le froid, d’une manière ou d’une autre. Elle reste glacée, un peu, beaucoup et tout s’enflamme très vite quand ses désirs, ses craintes, prennent le dessus et il fait tout brûler autour d’un joyeux feu de bois. La fumée lui fait mal aux yeux, souvent. Un bien pour un mal, il n’y a jamais rien qu’elle peut gagner sans donner.

C’est ce qu’elle se dit, toujours, ici. Elle virevolte au gré des vents, se laisse porter par la morne existence. Il n’y a rien qui la raccroche au monde qu’elle a quitté, il y a seulement ce nouvel univers. Ça lui suffit. C’est vide, c’est creux. Mais pourtant, elle devine de nouveaux contours. Un nouveau feu qui ronge ses veines, quelque chose qui ferait presque fondre cette glace, qui la laisse blessée, haletante.

Elle ne tourne même pas la tête face à la présence, à ses côtés. Un bruit bien distinct, bois et elle épie la silhouette du coin de l’œil. L’habituelle tempête déferle, en elle et elle serre les dents, esquisse son plus beau sourire, se pare de cette force faite de failles, de creux, face à lui. On lui offre une nouvelle renaissance. Une rédemption. Une nouvelle vie où elle aura peut-être ce qui lui a tant manqué. Am… Elle ricane, elle chasse la pensée parce qu’elle ne veut pas, parce qu’elle est lâche et parce qu’elle est trop glacée, encore. Méfiante, celle d’avant et elle se redresse et l’ombre noie toujours tout. Mais il y a quelque chose, qui la tient éveillée ici.

Elle se lève sans presque s’en rendre compte, pour s’installer à ses côtés. Sans le regarder, sans rien faire parce qu’elle n’a pas grand-chose à offrir.

Hey, je crois que je suis tombée. Oui, juste tombée. La suite, tu l’auras pas, c’est comme ça.








Anonyme pour vous servir ♫

☂ PRENOM: Secret ♫
☂ PSEUDO: Rahel ira très bien 8D
☂ ÂGE: 19 ans
☂ CODE: Validé par Biza', bienvenue parmi nous
☂ UN MOT : Non /PAN/
☂ AVEZ VOUS UN PARRAIN : Eddie ♪








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy Yokoro

avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 20/12/2011
Age : 23
Localisation : Où vous voudrez

Fiche d'Habitant
Chambre: N°4
Orientation Sexuelle : Hétérosexuelle
Relations:

MessageSujet: Re: Rahel Ambroziewicz ▬ Renewal { Terminée   Ven 10 Fév - 16:06

Bienvenue ! ^o^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rahel Ambroziewicz

avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 09/02/2012

MessageSujet: Re: Rahel Ambroziewicz ▬ Renewal { Terminée   Sam 11 Fév - 0:31

Merci merci ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Genjiro Natsuyaki

avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 26/12/2011

Fiche d'Habitant
Chambre: n°8
Orientation Sexuelle : Bisexuel
Relations:

MessageSujet: Re: Rahel Ambroziewicz ▬ Renewal { Terminée   Sam 11 Fév - 8:53

Bel avatar et belle fiche !
Soit le bienvenu parmi nous ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emilian L. Autiero
MY SOUL IS BLACK.
MY SOUL IS BLACK.
avatar

Messages : 281
Date d'inscription : 20/02/2010
Age : 21
Localisation : DTC (Dans Ta Chambre.)

Fiche d'Habitant
Chambre: n°1
Orientation Sexuelle : Bisexuel.
Relations:

MessageSujet: Re: Rahel Ambroziewicz ▬ Renewal { Terminée   Sam 11 Fév - 12:53

Bravo, j'applaudis ! J'adore ton style, c'est fluide, prenant et il y a ce petit quelque chose, ce détachement qui rajoute un côté tragique et souligne le dénie, une sorte de névrose, oui vraiment j'adore. Je te valide donc immédiatement, félicitations Rahel :3 !

........................................

« Omnes vulnerant, ultima necat. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ailleurs.forumaction.net
Génésie Wolfgang

avatar

Messages : 220
Date d'inscription : 20/02/2010
Age : 21
Localisation : Non loin de la liberté ~

Fiche d'Habitant
Chambre: N°1, avec June et Eiji.
Orientation Sexuelle : Il ne vaut mieux pas aller regarder de trop prêt ..
Relations:

MessageSujet: Re: Rahel Ambroziewicz ▬ Renewal { Terminée   Sam 11 Fév - 15:26

Bienvenue ♥ Jolie fiche, joli graph ! ** ♥

........................................

    No one should take themselves so seriously
    With many years ahead to fall in line
    Why would you wish that on me ?
    I never want to act my age
    What's my age again ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rahel Ambroziewicz

avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 09/02/2012

MessageSujet: Re: Rahel Ambroziewicz ▬ Renewal { Terminée   Sam 11 Fév - 15:56

Merci à vous trois ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Idealnie Povanovsky

avatar

Messages : 77
Date d'inscription : 21/12/2011
Localisation : Dans tes pensées...

Fiche d'Habitant
Chambre: 1
Orientation Sexuelle : ♂ (♀ aussi...)
Relations:

MessageSujet: Re: Rahel Ambroziewicz ▬ Renewal { Terminée   Sam 11 Fév - 20:08

Bonsoir et... BIENVENUE ~♥
J'aime ta fiche *o* Sincèrement.
Amuse-toi bien parmis nous, et n'hésite pas à passer sur la CB ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rahel Ambroziewicz

avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 09/02/2012

MessageSujet: Re: Rahel Ambroziewicz ▬ Renewal { Terminée   Sam 11 Fév - 20:48

Thank you ♥
& j'y penserai, héhéhé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Rahel Ambroziewicz ▬ Renewal { Terminée   

Revenir en haut Aller en bas
 

Rahel Ambroziewicz ▬ Renewal { Terminée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» En combien de temp l'avez vous terminé ?
» Période d'essai terminée : Gray
» [Terminé] Event # 27 - Nightmare Castle - Astuces
» Lily Evans [Terminée]
» [Indéterminée] [Caco] plus de connexion internet
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ailleurs - Bienvenue ! :: ✮ PRÉFACE :: ✮ SMALL PUPPETS :: Validé(e) !-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit | Jeux | Jeux de rôles en solo