AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





Partagez | 
 

 Torstein Olsen - terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Torstein Olsen

avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 25/02/2012
Age : 27

Fiche d'Habitant
Chambre:
Orientation Sexuelle : vague
Relations:

MessageSujet: Torstein Olsen - terminé    Lun 27 Fév - 22:13






Torstein L. Olsen

☂ NOM&PRÉNOMS: Torstein Liv Olsen
☂ GROUPE: Only lonely
☂ ÂGE: 15 ans lors de son arrivée, 21 réellement.
☂ ORIENTATION: Vague.







DESCRIPTIONS

☂ PHYSIQUE:
Torstein est arrivé dans l’ailleurs à cet âge qui peut se montrer ingrat de bien des manières. Oh non, le visage du jeune homme n’est pas ravagé par l’acné, ni déformé de quelque manière. Ses membres ne sont ni trop longs, ni trop courts et il semble bien proportionné. Non. L’ingratitude de son âge se trouve plutôt dans ce phénomène qui fait qu’à cet âge, les garçons ressemblent encore un peu aux filles, et vice versa. En effet, le jeune homme doit concentrer tous ses efforts s’il veut avoir l’air d’être un garçon. Au début, ça l’ennuyait beaucoup. Surtout quand il a compris qu’ici, son corps n’avait plus l’air de vouloir changer, lui qui était pourtant en pleine poussée de croissance. (il est d’ailleurs plutôt petit, 1m65 pour 60 kilos) Mais avec le temps il s’est fait à l’idée : il aurait toujours des traits androgynes et serait toujours fluet. Aujourd’hui, ça le dérange assez peu pour qu’il aille jusqu’à accentuer ses traits plus féminins, pas qu’il ait envie d’être une fille. Plutôt qu’il aime prendre soin de lui et de son apparence. De ses origines norvégiennes, il tient le teint pâle, ainsi que ses cheveux, blonds à l’origine. Il les teint toutefois en bleu : touche de fantaisie dans un caractère plutôt sobre. Ses yeux sont marrons, flamboyant lorsque la lumière les frappe directement.

☂ MORALE: Ce jeune homme est un solitaire dans l’âme. Pas au point, toutefois, de fuir la compagnie des autres, et pas dans la sens où on l’entend habituellement. D’abord, Torstein est tout sauf un garçon asocial. Il a de la facilité à nouer des liens avec les gens qu’il rencontre, à cause entre autre de sa nature avenante et de son tempérament doux, laisser aller. Il apprécie la compagnie, prend plaisir à écouter ce qu’on lui raconte. Il est toutefois plus discret sur tout ce qui le concerne personnellement : les gens ont sans doute déjà bien assez à faire avec leur propre vie … pourquoi les embêter avec la sienne, qui n’a, disons-le, rien que de très spécial. Ensuite, lorsqu’un vrai solitaire s’isole, c’est habituellement pour trouver le silence et la solitude, la vraie. Mais lorsqu’il s’isole, ça n’est pas ce qu’il cherche. Non. Sa solitude lui sert à nouer le dialogue avec la seule personne qui puisse l’écouter et le comprendre : sa sœur jumelle, Liv, décédée à la naissance. Oh, ne croyez pas que le jeune homme soit fou. Il a toute sa tête et sait parfaitement que sa sœur n’existe pas. Il ne la voit pas ni rien de ce genre. Mais il trouve plus facile de parler avec cette présence muette, cette partie de lui, manquante, qu’avec n’importe quel autre personne. Elle ne juge pas, ne répond pas, n’interrompt pas. Si on veut, on pourrait dire qu’elle lui sert de journal où ranger ses pensées, quelles qu’elles soient.







HISTOIRE

☂« My mother birthed me far too soon, born at nine and dead at noon. »
Mette Rønning ne voulait pas d’enfant, à la base. Quand elle est tombée enceinte d’Hugo Olsen, elle a bien cru faire une crise de nerfs. Elle et lui ont tergiversé longuement à savoir ce qu’ils feraient de l’enfant, car aucun n’avait le même avis sur la question. Finalement, ils choisirent de le garder. Imaginez la surprise quand, par la suite, ils apprirent que Mette ne portaient pas un enfant, mais bien deux. Nouvelle discussion, nouveaux arguments. Elle ne voulait pas d’un enfant, pourquoi en voudrait-elle deux d’un coup ? Son époux tenta de la raisonner, et y parvint à force de la rassurer : peut-être qu’elle n’avait pas la fibre maternelle, mais lui avait la fibre paternelle. Elle n’aurait pas même à s’occuper des enfants si elle ne le voulait pas. Ils arrivèrent à cet étrange compromis.

Lorsqu’elle se rendit à l’hôpital pour mettre au monde ses enfants, elle était presque convaincue qu’elle les aimerait tous les deux et prendrait plaisir à les serrer contre elle. La première partie de l’Accouchement se déroula parfaitement. C’était un garçon. Une infirmière le nettoya et le confia aux bras de son père. La seconde partie fut pleine de complications. L’enfant était mal positionné, déjà faible, et le cordon était enroulé autour de son cou, et Mette était elle-même très faible. Le médecin s’approcha d’Hugo et lui dit que, possiblement, il n’en réchapperait qu’un. Et il tenta discrètement de lui demander qui il voulait sauver en premier lieu. Mais Mette entendit cette question, et hurla à son mari qu’elle ne voulait pas céder sa place, qu’elle ne voulait pas mourir sur ce lit d’hôpital. Elle lui rappela tout ce qu’ils s’étaient dit avant de décider de garder les enfants : elle ne les voulait pas. « Si tu me laisses mourir ici… » Elle ne termina pas sa phrase, son visage se crispa dans une expression de douleur. Le mari, déchiré, regarda l’enfant qu’il tenait dans ses bras et lui demanda pardon, et il dit au médecin de sauver son épouse avant l’enfant. L’enfant, cette fillette prénommée Liv, s’éteint dans les minutes qui suivirent. Le couple rentra à la maison avec leur petit garçon quelques jours plus tard. Mette demeura alitée plusieurs semaines et s’occupa très peu de son garçon pour toutes les années qui suivirent.

Quand son fils a commencé à jouer avec sa « sœur imaginaire » à cinq ans, Hugo Olsen ne s’est pas inquiété le moins du monde. Tous les enfants ont des amis imaginaires. Ils n’avaient jamais dit à Torstein qu’il aurait du avoir une sœur, et il n’était pas le premier à s’en inventer une. Ça ne pouvait être qu’un hasard. L’inquiétude vint quand, à l’école, il ne se lia pas aux autres enfants. Il préférait toujours la compagnie de sa sœur. L’enfant vieillit, et Hugo s’en faisait de plus en plus pour son garçon. Il se demanda s’il devait lui dire quelque chose à propos de Liv. Il finit par conclure que oui. Son fils, alors âgé de dix ans, dit à son père qu’il avait toujours eu conscience qu’une partie de lui était manquante, et le remercia de lui avoir dit la vérité.

Des lors, Hugo observa un réel changement chez son fils. Il ne s’adressait plus à Liv à tout moment. En fait, il ne l’entendait plus du tout lui parler et en était rassuré. Son fils commençait à s’ouvrir un peu sur les autres, et il en profita pour l’inciter à s’inscrire dans une équipe sportive. Torstein commença donc à jouer au soccer, et y prit plaisir. Il développa des liens solides avec les autres jeunes de l’équipe. Hugo était rassuré. De plus, son fils lui parlait parfois de ce qu’il ressentait. Il lui demandait souvent des informations sur sa sœur. Est-ce qu’elle me ressemblerait ? De quelle couleur étaient ses yeux ? Est-ce qu’elle aurait plus ressemblé à toi ou à maman ? Est-ce qu’elle rirait beaucoup ? Ces questions furent jugées totalement inoffensives par Hugo et ils développèrent ensemble l’habitude d’émettre des hypothèses sur la personne que Liv serait devenue.

Elle aurait eu les cheveux blonds, comme son frère, les yeux pairs, une silhouette fine. Très gourmande, ils se seraient un jour inquiétés de la voir faire du surpoids. Mais ils l’auraient inscrite à la danse, elle serait devenue extrêmement douée. Elle serait allée voir les matchs de soccer de son frère, l’aurait supporté lorsqu’il était mal, et l’inverse. Torstein prenait un réel plaisir à imaginer tout cela jusqu’à obtenir un portrait réaliste de la sœur qu’il aurait pu avoir. Hugo n’y voyait rien de malsain.

Mais n’oublions pas Mette, la mère de Torstein, qui vivait toujours dans la même demeure, aimait toujours son époux, mais ne portait que peu de regards à son fils. Chaque fois qu’elle le voyait, elle repensait à ce jour où elle avait failli mourir en donnant naissance. Elle ne l’aimait pas, se souciait peu de ce qu’il socialise, et peu aussi qu’il performe à l’école. Elle laissait l’éducation du fils à son mari. Lorsque celui-ci lui parlait de ses inquiétudes pour l’enfant, elle balayait celles-ci d’un geste de la main et changeait de sujet. « Arrête de t’en faire. »

Un jour qu’elle était seule dans la maison avec Torstein, alors âgé de quinze ans, elle entendit sa voix provenant de la chambre. Elle crut qu’il était au téléphone avec quelqu’un, et s’en soucia peu. Mais l’enfant parlait toujours lorsque la sonnerie du téléphone retentit. Elle sursauta, regarda vers la porte de la chambre. Peut-être avait-il ramené quelqu’un à la maison. Il ne le faisait jamais. Mais il n’y avait que la voix de Torstein, et il ne prenait pas de pauses : il ne faisait que parler, parler, parler. Elle laissa sonner le combiné et s’approcha de la chambre pour coller son oreille contre la porte de bois. Elle avait besoin de confirmer ce qu’elle pensait. Elle tourna délicatement la poignée, sans faire le moindre bruit, et entrouvrit la porte. Elle vit son fils, qui semblait s’adresser à quelqu’un. Elle avait vue sur le miroir sur pied. Elle hoqueta : il n’y avait personne dans la chambre. Et elle entendit prononcer ce prénom maudit qu’elle ne voulait plus entendre : Liv. Elle referma la porte et s’éloigna.

Quand son mari revint, elle lui dit que son fils était fou. Elle l’avait surpris à converser tout seul dans sa chambre, comme un dément, s’adresser à quelqu’un qui n’existait pas. « Ton fils n’a pas toute sa tête, Hugo ! » Elle parla ainsi longuement, convaincant son époux de prendre les choses en main et d’empêcher la folie du fils. Et si possible, que personne n’en sache rien : elle serait bien embêtée si tout le monde devait savoir qu’elle avait engendré un fou.

Hugo n’eut pas le choix de confronter son fils, qui lui avoua qu’il s’adressait à sa sœur. Le père en fut démoli, conscient qu’en encourageant les hypothèses de son fils par rapport à Liv, il avait contribué à lui faire perdre le lien avec la réalité. Sans demander son avis, il décida d’envoyer Torstein dans une institution, quelques temps seulement, pour voir si le problème était sérieux, et s’il y avait moyen de l’enrayer.

Le cœur lourd, Torstein quitta le foyer familial.


☂ « I still cling to the petticoats of the girl who died with me. »
J’ai essayé de leur expliquer que je n’étais pas fou. Que pour moi, ça n’était qu’une façon de ne pas perdre pied dans les moments difficiles. Sérieusement, la plupart des gens se privent de raconter des choses parce qu’ils ont peur de se faire juger négativement. Je n’ai fait que ce que tout le monde rêve de faire : créer cet alter ego à qui l’on peut tout dire, les bons coups comme les mauvais, sans craindre de se prendre la tête. Liv est la confidente parfaite : elle est fictive et ne peut en aucun cas se permettre le moindre jugement. C’est un peu comme … un journal intime, sans crayon et sans papier. Mais allez expliquer ça à un père surprotecteur et une mère qui vit comme si vous n’Existiez pas.

J’ai accepté l’institution. Je n’avais pas le choix et ils me l’ont bien fait comprendre. Ils ont vu tout de suite que je n’étais pas fou. J’étais seulement comme tout le monde. Ils ont appelé chez moi après une semaine seulement pour convoquer mes parents et leur demander de me reprendre parce que je n’avais pas ma place là-bas. Le tableau classique, c’est un médecin qui essaie de faire comprendre à une mère que son fils est fou, et celle-ci qui refuse de l’admettre. Là, c’était plutôt le contraire. Le médecin tentait d’illustrer à ma mère que je n’étais pas dérangé, et elle s’emportait, traitait le pauvre homme d’incompétent. Cette rencontre a été pour moi un des moments les plus douloureux de mon existence. L’indifférence de ma mère ne m’avait jamais dérangé réellement. Mais à ce moment je constatais que je ne la laissais pas indifférente : elle me détestait, pour une raison que j’ignorais totalement. Et je comprenais qu’elle était prête à payer pour que je reste en institution, même s’il n’y avait pas de raison : je la mettais réellement mal à l’aise.

Je suis demeuré dans cette institution, quelques semaines, quelques mois. J’ai perdu le compte je dois l’avouer. Les médecins ne m’y traitaient pas comme un patient. J’allais à ma guise un peu partout, j’apprenais beaucoup de choses auprès d’eux, sur le cerveau humain et les troubles nerveux. Tout ce temps, j’ai gardé Liv avec moi, tout près.

Puis il y a eu cet évènement … et ce lieu, l’autre lieu. Je ne me souviens pas trop bien de ce qui s’est passé. Parfois, les évènements qui se sont produits dans mon ancienne vie, avant d’atterrir ici, ont du mal à me revenir en mémoire. Je me souviens d’avoir fait la ronde des patients avec un des spécialistes de l’institut, et on devait terminer par rencontrer une nouvelle patiente. Je me souviens d’être entré dans la chambre et de l’avoir aperçue. Elle était blonde, les yeux pairs, fluette et l’air calme. Elle était exactement le portrait de cette sœur que j’avais imaginée. C’est mon dernier souvenir de ce côté-là.

Ensuite ça a été le réveil brutal, dans un endroit que je ne connaissais pas du tout. Le sentiment du blackout, le questionnement inévitable : est-ce que j’ai été enlevé, violé, puis abandonné au milieu d’un champ ? Est-ce que j’ai tous mes organes ? Tous mes morceaux ? J’ai mis du temps à me lever. J’avais un mal de tête incroyable, comme si je m’étais pris un coup. J’étais étourdi, et le seul souvenir que j’avais en tête, c’était cette paire d’yeux, les yeux de Liv. J’ai essayé de retrouver mon calme, de me repérer. J’étais dehors. Bien. Je ne reconnaissais pas le paysage près de l’institut. Un peu moins bien. J’ai marché un peu. Au loin, il y avait un édifice, qui n’avait l’air ni grand ni petit. J’ai décidé de m’en approcher. C’était particulier. On aurait dit que, tout dépendant de l’angle, c’était tantôt modeste, tantôt vaste. J’ai cru que j’étais sonné.

J’y ai cru sérieusement quand j’ai vu cet écriteau : «Bienvenue dans l'Ailleurs, vous êtes actuellement plus ou moins condamné à errer en ce lieu pour l'éternité. » Charmant … et pas très rigolo, j’ai pensé.

Pas très rigolo sur le coup … et j’y suis encore après six ans. Quand j’ai compris que j’étais réellement coincé ici, je me suis dit que c’était sérieusement la merde. Mais le temps a passé … oui, je suis enfermé. Mais au moins, ici, personne n’essaie de me mettre à la porte et, franchement, c’est pas mal plus reposant que ma vie d’avant.







Kyle, Pied de Bitch

☂ PRENOM: Kyle
☂ PSEUDO: Pied de Bitch
☂ ÂGE: 21 ans
☂ CODE: ? Nameho … les pingouins, c’est pas de fichus ballons … Pff. J’vous dis, moi.
☂ UN MOT : Flanc.
☂ AVEZ VOUS UN PARRAIN : Je sais pas … techniquement il m’a pas dit « VIENS SUR LE FORUM !! » Il s’est inscrit sur le mien sous le nom de Caethan Steelscar et m’a dit provenir d’ici et … bam. Me voilà.











Dernière édition par Torstein Olsen le Mar 28 Fév - 21:06, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://oniria.purforum.com
Lise Rousseau

avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 23/02/2012

Fiche d'Habitant
Chambre:
Orientation Sexuelle : Aucune importance à son âge...
Relations:

MessageSujet: Re: Torstein Olsen - terminé    Mar 28 Fév - 7:38

PDB ! Dès que j'ai vu Torstein, j'ai tilté que c'était toi, par rapport à ta commande *__* Ici Alice o/

Bienvenue ♥

*retourne à sa fiche*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bizareth Da Cavaletti
Devil is everywhere

avatar

Messages : 304
Date d'inscription : 20/02/2010
Age : 23

Fiche d'Habitant
Chambre: N°2
Orientation Sexuelle : J'm'en bats.
Relations:

MessageSujet: Re: Torstein Olsen - terminé    Mar 28 Fév - 17:32


    Je me reconnais sous le pseudonyme de Caethan (bien qu'il faille que j'avance la fiche je sais). Je ne m'attendais pas à te voir ici en tout cas. Enfin bref, bienvenue parmi nous. Tu dis que ta fiche est sous construction mais je vois que les champs sont remplis donc j'attends ta réponse pour savoir si c'est terminé ou non (:
    Soit dit en passant, ce n'est pas réellement du parrainage, je vais pas grapiller des points puisque tu es venu de ton plein gré.

........................................



♦️


Don't worry, I just want to destroy you

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ailleurs.forumaction.net/
Torstein Olsen

avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 25/02/2012
Age : 27

Fiche d'Habitant
Chambre:
Orientation Sexuelle : vague
Relations:

MessageSujet: Re: Torstein Olsen - terminé    Mar 28 Fév - 19:21

Nah, c'est pas terminé. x)
Il me manque la deuxième partie de l'histoire à compléter. Je devrais faire ça ... grospeutêtre demain matin, mais plus sensiblement vendredi je pense.

Content de te trouver ici. J'avais oublié que t'étais admin en plus. :o
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://oniria.purforum.com
Bizareth Da Cavaletti
Devil is everywhere

avatar

Messages : 304
Date d'inscription : 20/02/2010
Age : 23

Fiche d'Habitant
Chambre: N°2
Orientation Sexuelle : J'm'en bats.
Relations:

MessageSujet: Re: Torstein Olsen - terminé    Mar 28 Fév - 21:20


    Bon alors, je vais directement te dire ce que j'en pense, non pas que je sois devenu malpoli mais que je t'ai déjà souhaité la bienvenue auparavant. En ce qui concerne ta fiche, je n'ai même pas vu de fautes d'orthographe ou alors elles m'ont totalement échappé parce qu'en fait, je n'y ai même pas fais attention. Non pas que je ne voulais pas mais que je me suis trouvée concentré sur ton écriture que je trouve vraiment belle. Elle est simple mais je me suis retrouvé happé dedans, tout particulièrement dans l'histoire et j'ai rien lâché. Pour ce qui est de tes descriptions, hormis le fait qu'elles auraient pu être plus complètes (oui je suis un emmerdeur), elles décrivent malgré tout l'essentiel et c'est ce qu'on recherche. Donc franchement, je n'ai absolument rien à dire, c'est nickel. Je te valide, déplace ta fiche et t'ajoute dans ton groupe. N'hésite pas à recenser ton avatar et faire ce que tu décide sur le forum. Pour les chambres, les demandes sont momentanément verrouillées pour diverses raisons. Au plaisir.

........................................



♦️


Don't worry, I just want to destroy you

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ailleurs.forumaction.net/
Torstein Olsen

avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 25/02/2012
Age : 27

Fiche d'Habitant
Chambre:
Orientation Sexuelle : vague
Relations:

MessageSujet: Re: Torstein Olsen - terminé    Mar 28 Fév - 21:28

Ouais, je sais ... j'aurais pu faire plus long sur les descriptions ... mais je suis pas doué pour ça, sauf quand je fais un personnage vraiment éclaté, ce qui n'est pas le cas de Torstein, plus générique.

Merci pour le compliment pour le style. Et pour les pas de faute aussi. x) J'espère toujours en faire le moins possible.
Je cours recenser mon avatar. :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://oniria.purforum.com
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Torstein Olsen - terminé    

Revenir en haut Aller en bas
 

Torstein Olsen - terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» En combien de temp l'avez vous terminé ?
» Période d'essai terminée : Gray
» [Terminé] Event # 27 - Nightmare Castle - Astuces
» Lily Evans [Terminée]
» [Indéterminée] [Caco] plus de connexion internet
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ailleurs - Bienvenue ! :: ✮ PRÉFACE :: ✮ SMALL PUPPETS :: Validé(e) !-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit